L'Union européenne a annoncé qu'elle investirait 1 milliard d'euros d'ici 2020 pour rattraper son retard par rapport aux Etats-Unis et à la Chine en matière de superordinateurs.