L'offre de pétrole, tirée principalement par les Etats-Unis, progressera probablement plus vite que la demande en 2018. C'est en tout cas ce qu'estime, dans son rapport mensuel, l'Agence internationale de l'énergie (AIE).