Le scandale Kobe Steel s'étend de jour en jour. Plus de 500 entreprises auraient utilisé les composants falsifiés du groupe sidérurgique nippon ces dix dernières années. Un nouveau coup dur pour le "made in Japan", autrefois label de qualité.