Confronté à une "impasse préoccupante" sur le sujet de la facture de sortie du Royaume-Uni, le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier a toutefois estimé jeudi que des "avancées décisives" étaient possibles dans les deux prochains mois. Son homologue britannique David Davis a pour sa part réitéré son souhait d'aborder sans attendre la question des futures relations commerciales entre les deux camps.